Concert

11 > 13 oct - Divers lieux

Chabab Tétouan Musique arabo-andalouse - Maroc
  • Ven 11 oct 2019 - ginals - abbaye de beaulieu-en-rouergue achetez vos places
  • Dim 13 oct 2019 - paris - musée du quai branly-jacques chirac - théâtre claude lévi-strauss achetez vos places

Illustrant le dynamisme de la musique arabo-andalouse dans le Maroc contemporain, l’orchestre Chabab Tétouan se compose majoritairement de jeunes interprètes virtuoses. Créée en 2012 à l’initiative du oudiste Fahd Ben Kiran, cette formation présente les instruments traditionnels de cet art nommé localement « mûsiqâ al-âla » : le luth oud, la vièle à deux cordes rabâb, le tambour sur cadre târ, la cithare qanûn ainsi que le violon adopté depuis le 18e siècle et joué – telle la vièle – verticalement, posé sur le genou. Élevé dans une famille de musiciens, Fahd Ben Kiran a été formé au conservatoire de musique de Tétouan, sous l’égide du grand maître Mohamed Larbi Temsamani (1920-2001). Après avoir joué dans l’orchestre du conservatoire durant plus d’une décennie, il a fondé son propre ensemble en s’associant à plusieurs instrumentistes de talent parmi lesquels : Ahmed Elmaai, Jamal Ben Allal, Anass Belhachemi et Bilal Elhaouaj. 

L’héritage musical andalou marocain se compose aujourd’hui de onze noubas ou grandes suites instrumentales et vocales dans lesquelles chaque pièce est fixée dans un mode (tab’) et se développe en cinq mouvements successifs (mîzan), associés à un rythme de base. Une série de poèmes composés en arabe littéral ou dialectal, chantés le plus souvent en chœur, alterne avec des pièces purement instrumentales. Dans un style orné de métaphores et d’images poétiques, ces textes célèbrent tant l’amour humain que divin, la beauté, la nature ou font la louange du Prophète. Attachée à un système musical fondé en Andalousie au 9e siècle et transmis jusqu’à ce jour dans le cadre d’un enseignement de maître à disciple, chaque nouba est associée à un moment de la journée et à une signification émotionnelle particulière. Dans une accélération musicale progressive où les parties rythmées succèdent aux pièces non mesurées, le récital vise à conduire l’auditoire dans un état d’extase (tarab). 

La richesse et la subtilité mélodique du répertoire classique marocain sont appréciées par les mélomanes des principales villes du nord du pays. Située dans le rif occidental, Tétouan est la cité la plus andalouse du Royaume. L’école musicale de Tétouan est reconnue, en particulier, pour le raffinement de ses interprétations. Elle faisait partie de l’anthologie Al-Âla en 73 CD co-produite par la Maison des Cultures du Monde et présentant l’intégralité du répertoire des onze noubas. L’ensemble du conservatoire de Tétouan y est présent, conduit par M. Temsamani, le maître de Fahd Ben Kiran. Chabab Tétouan s’inscrit dans la continuité de ce style de jeu, tout en l’enrichissant des apports artistiques des autres écoles. 

Distribution

Fahd Ben Kiran chef d’orchestre, oud
Ahmed Elmaai qanûn
Jamal Ben Allal violon
Anass Belhachemi râbab, violon
Bilal Elhaouaj chant, târ, darbuka